Enquête sur les pratiques dépilatoires des français.es : les 7 infos à retenir.

Ah nos chers poils… Souvent associés à de la négligence ou du « laisser-aller » (surtout chez la femme), ils se sont vus longtemps détestés.

Malgré eux, ils font encore et toujours polémique.

Ces dernières décennies, l’Homme n’a donc pas hésité à mettre ses avancées technologiques au service du secteur de l’épilation. Entre cire, rasoir, crème dépilatoire ou encore laser : la diversité des produits sur le marché de l’épilation témoigne d’une véritable volonté de la part des français de se débarrasser de leurs poils. 

Cependant, les temps changent et les pratiques dépilatoires aussi ! C’est ce qu’a démontré une étude Ifop réalisée par Charles.co en 2021 auprès de 2027 françaises et français. Voici ce qu’il faut en retenir :

1.    Vers un retour des poils pubiens

C’est le retour du naturel ! Oui oui, 45% des hommes français n’entretiennent pas du tout leurs poils pubiens, c’est presque 1 français sur 2 !

Du côté des femmes, le nombre de françaises ayant recours à l’épilation pubienne a diminué, passant de 85% en 2013 à 72% en 2021. La tendance naturelle prend de l’ampleur !

2.    Les françaises s’épilent de moins en moins

  • Lors de cette étude, 81% des femmes affirmaient s’être épilées les aisselles « au cours des 3 derniers mois », c’est 10 points de moins qu’en 2013.
  • 80% d’entre elles affirmaient s’être épilées les jambes ou les demies-jambes « au cours des 3 derniers mois », c’est 12% points de moins qu’en 2013.
  • L’étude a aussi démontré que 18% des françaises (c’est-à-dire 1 sur 6) s’épilent moins qu’avant le premier confinement une de ces parties : aisselles, maillot et jambes.

Les femmes acceptent donc de plus en plus leur pilosité : complexer d’avoir des poils, c’est ciao !

Attendez, nous avons encore retenu un chiffre plus qu’intéressant : environ 1 française sur 2 déclare pouvoir cesser toute épilation du maillot et des jambes (c’est énorme) ! Elles sont cependant moins d’1 sur 5 à être prêtes à le faire toute l’année, la plupart estimant qu’elles ne se verraient pas garder leurs poils durant les saisons où ils sont visibles (mais c’est tout de même évocateur d’un réel désir de garder ses poils, pas vrai ?).

3.    Pourquoi certaines femmes ont arrêté de s’épiler ?

  • 33% des participantes déclaraient avoir cesser toute pratique dépilatoire afin d’éviter de consommer des produits potentiellement mauvais pour leur peau.
  • 20% ne s’épilent plus pour éviter la douleur et l’inconfort liés à l’épilation
  • 19% d’entre elles affirmaient s’être libérées de la préoccupation mentale lié à la nécessité de ne débarrasser de leurs poils.
  • Enfin, en arrêtant de s’épiler, 14% souhaitaient se libérer des normes esthétiques relatives aux corps féminins et témoignaient de leur envie d’accepter leur corps au naturel.

Le « self love » et l’acceptation de soi progressent et commencent à se faire une place dans les mentalités d’aujourd’hui (youpi !).

4.    Les styles d’épilation qui ont la cote

  • Chez les femmes, le maillot classique est le plus pratiqué : 25% des françaises y en ont recours. Elles aiment que leurs poils pubiens soient ordonnés tout en en gardant.
  • Le maillot classique est suivi de près par le maillot intégral: 24% des femmes le choisissent. Plus aucun poil à l’horizon !
  • Pour les hommes, l’épilation intégrale a beaucoup moins la côte (elle est adoptée par seulement 14% des français). Au contraire, 22% d’entre eux coupent ou taillent légèrement leurs poils pubiens, et 19% les coupent ou les taillent très courts (mais les garde !).

5.    Les françaises ne semblent pas avoir conscience des dangers que représentent l’épilation intégrale pour leurs parties intimes

Seulement 41% des femmes reconnaissent les dangers et autres désagréments que peut représenter l’épilation intégrale pour leur intimité. Car oui, nous le rappelons, les poils pubiens ont une utilité. Chacun(e) est libre de les enlever ou de les garder. Il est néanmoins important de noter que les poils forment une barrière protectrice contre les saletés, les insectes, les microbes et les infections. Chez la femme, épiler les lèvres externes peut aussi accentuer la sécheresse vaginale.

Nul besoin de s’inquiéter. Si vous pratiquez l’épilation intégrale, prenez simplement conscience des désagréments qu’elle peut engendrer.

6.    Les hommes s’y mettent (et pas qu’un peu !)

  • 55% des hommes français taillent, rasent ou épilent leurs parties intimes.
  • 31% des hommes s’épilent en partie parce qu’ils considèrent les poils comme inesthétiques.
  • 41% des hommes s’épilent en fonction des pratiques sexuelles que leur partenaire pratique (contre seulement 26% chez les femmes).

L’épilation n’est plus une pratique exclusivement féminine. Les hommes aussi s’épilent les parties intimes, le dos, les aisselles, les fesses, bref : partout ! Fini les stéréotypes genrés et les injonctions liées à l’épilation et le sexe. Chacun(e) fait ses propres choix en fonction de ses goûts et de ses désirs.

7.    Les hommes ne détestent pas tant que ça les poils pubiens féminins

L’idée selon laquelle l'absence de pilosité est un critère de séduction reste plus associée à la féminité (73%) qu’à la masculinité (33%) mais s’avère en net recul pour la gent féminine (-17 points par rapport à 2013).

D’après cette même étude et contrairement à certains clichés, la présence d’une pilosité chez une femme n’est pas un frein au désir sexuel masculin. En effet, la grande majorité des hommes attirés par les femmes affirment pouvoir faire l’amour avec une femme non épilée, y compris au niveau pubien. Pour vous donner une idée, 70% d’entre eux seraient disposés à avoir un rapport sexuel avec une femme ayant des poils pubiens à l’état brut et 84% y seraient disposés avec une femme ayant une pilosité pubienne assez dense mais taillée et entretenue.

Voilà des informations qui évoquent à elles seules un changement positif vers des mentalités plus libres et l’acceptation du corps au naturel. Pour celles et ceux qui souhaitent continuer à s’épiler, optez pour des produits naturels, cleans et éco-responsables qui prennent soin de votre peau tout en éliminant vos poils (comme les produits UNY par exemple ! On dit ça on ne dit rien…)

* Étude Ifop pour Charles.co réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 19 au 20 janvier 2021 auprès d’un échantillon de 2 027 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.

 Article écrit par Manon Antoine. 

 

 

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

You can use this element to add a quote, content...